MagicAsbl
Arbre à Palabre
historique historique historique liens contact photos  
PEIG
mediation
CRG
CRG
Version française English version Neederlands versie

CADRE  LEGAL  ET  METHODOLOGIE

L'asbl MAGIC propose un service en milieu ouvert de prestations éducatives ou philanthropiques destiné à prendre en charge trois missions spécifiques à l'égard de mineurs ayant commis un fait qualifié infraction :

  1. la concertation restauratrice en groupe (ou C.R.G.) initiée par le Juge de la jeunesse ou le Tribunal de la jeunesse.

 Ces deux dernières missions recouvrent ce que l'on appelle communément les offres restauratrices et ne sont donc pas comme la première mission des mesures de garde, de préservation et d'éducation.
A cet égard, afin d'éviter l'amalgame, notre service a choisi une dénomination différente selon qu'il s'agisse d'encadrer des prestations éducatives et d'intérêt général (MAGIC) et des offres restauratrices (l'Arbre à palabres).

1 - La prestation éducative et d'intérêt général

Il s'agit pour le jeune auteur d'un fait qualifié infraction de réparer symboliquement l'infraction commise par le biais d'un service rendu à la collectivité. Elle s'effectue sous des formes variées dans des organismes d'accueil à vocation sociale. La détermination du type de prestation que le mineur sera amené à réaliser se fait à l'issue d'entretiens individuels qui ont chacun leur contenu propre (travail de réflexion quant aux faits, aux conséquences pour la victime, au sens de la mesure et à la réparation).

La prestation proprement dite doit répondre à plusieurs conditions : appartenir au jeune, être cohérente et réaliste, servir l'intérêt général, être valorisante. Par ailleurs, une fois le projet arrêté, il s'agit de le faire "coller" à un organisme d'accueil avec lequel notre service a développé un partenariat. Il est important que le jeune soit accueilli dans une structure sérieuse et cadrante, par une équipe motivée et dénuée de tout a priori. L'évaluation finale avec le jeune et l'organisme, puis celle avec le jeune et sa famille, permettent de faire le bilan de la prestation et clôture notre intervention.

En outre, depuis 2005, une collaboration avec une association française spécialisée dans l'animation de groupes a permis la mise sur pied d'un groupe de parole sur la violence destiné aux jeunes en prestation et faisant partie intégrante de celle-ci.

Haut

 2 - La médiation auteur-victime

La médiation propose à l'auteur et à la victime un espace de dialogue en vue d'aboutir éventuellement sur la résolution, même partielle, du conflit qui les oppose et de rencontrer les conséquences qui en ont découlé. Le service se doit de garantir la neutralité et la confidentialité nécessaires au bon déroulement du processus.

Selon qu'elle débouche ou non sur une rencontre physique entre les parties concernées, elle est soit directe ou indirecte. Dans ce second cas, ce sont les médiateurs qui se chargent de transmettre aux parties les attentes et réactions de chacun.

Les parents de l'auteur et de la victime, si celle-ci est mineure, sont associés au processus jusqu'à l'exécution de l'accord.

L'accord doit être approuvé par le Parquet ou homologué par le Tribunal de la jeunesse selon l'origine du mandat.

Haut

 3 - La concertation restauratrice en groupe (ou C.R.G.)

Elle est en quelque sorte la version macro de la médiation. Elle est essentiellement basée sur une réunion durant laquelle le mineur est confronté aux conséquences de son acte vis-à-vis de la victime, de la société et est amené à s'engager pour son avenir en vue d'éviter une récidive. Ces trois axes indissociables se retrouvent dans la déclaration d'intention rédigée au cours de cette réunion.

Outre les parties directement concernées et leurs civilement responsables, lorsqu'elles sont mineures, la C.R.G. rassemble toute personne de leur entourage et toute personne utile dont la présence et le rôle sont clairement expliqués à chaque participant lors de la réunion.

Selon les situations et en fonction des collaborations établies, un fonctionnaire de police est présent en tant que représentant de la société.

L'accord comprenant la déclaration d'intention doit être homologué par le Tribunal de la jeunesse.

Haut

Untitled Document

Created by Plasoft Conceptions informatiques